Plan Epargne Logement : taxés à 30% à partir du 1er Janvier 2018

Le PEL devient imposable dès la 1ère année

Pour ceux qui pensent ouvrir un plan épargne-logement, c’est peut-être le bon moment de le faire. Dorénavant, plus précisément à partir du mois de janvier 2018, les PEL ouverts à partir de janvier 2018 seront soumis à un impôt forfaitaire de 30 % dès la première année.

Pour ceux qui possèdent des PEL ouverts avant 2018, pas d’impôts sur les intérêts avant douze ans. En effet, le ministre a bien précisé que concernant les « plans ouverts avant le 1er janvier 2018, les intérêts produits jusqu’à la veille du 12e anniversaire du PEL resteront exonérés d’impôt sur le revenu ». « En revanche, les intérêts produits après 12 ans seront imposés » au prélèvement forfaitaire unique ou PFU à hauteur de 30 % a-t’il ajouté. Le PFU est donc lui aussi de retour.

Aussi, plutôt que de les soumettre aux prélèvements sociaux et au barème de l’impôt sur le revenu, ceux qui possèdent des épargnes pourront opter pour une imposition forfaitaire sur leurs intérêts, leurs dividendes et leurs plus-values de cession de valeurs mobilières.

Par ailleurs, actuellement, les intérêts du PEL sont exonérés d’impôt sur le revenu jusqu’à 12 ans de détention. Néanmoins, « les contribuables pourront toujours choisir l’imposition au barème [de l’impôt sur le revenu], si c’est plus avantageux pour eux » a précisé le ministre Bruno Le Maire. Aussi, sachez qu’à ce jour et jusqu’à la 12è année de détention, les intérêts du PEL sont uniquement soumis aux cotisations sociales, soient 15,5%.
Cependant, toujours selon les propos du ministre de l’économie, “Les autres avantages fiscaux sont maintenus, à l’instar du régime favorable sur les successions et des abattements de 4.600 et 9.200 euros après 8 ans de détention”. Par ailleurs, il est bon de savoir que vers la fin 2016, l’encours des plans épargne-logement a atteint 259,4 milliards. Ce qui représente un niveau presque identique à celui du Livret A.

Contrairement au livret A, entre autres, qui vont conserver sa fiscalité dérogatoire, l’assurance-vie, tout comme le PEL, sera imposée à la hauteur de 30 %. En effet, en matière d’assurance-vie, le ministre de l’économie Bruno Le Maire a confirmé que cette imposition forfaitaire s’applique au-delà de “150.000 euros d’encours nets, tous contrats confondus, pour une personne seule et 300.000 euros pour un couple”. “Le PFU ne s’appliquera qu’aux revenus produits par la fraction des encours supérieure à ces seuils”, a-t-il ajouté par la suite.

En-deçà des montants cités ci-dessus, Bruno Le Maire a garanti que “les détenteurs de contrats d’assurance-vie n’ont aucune raison de s’inquiéter. Rien ne change pour les revenus produits par les versements antérieurs à la réforme, quel que soit leur montant”.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partager sur facebook
PARTAGER SUR FACEBOOK
Partager sur twitter
PARTAGER SUR TWITTER
Partager sur linkedin
PARTAGER SUR LINKEDIN
Partager sur pinterest
PARTAGER SUR PINTEREST
Alex Ferreira

Alex Ferreira

Alex Ferreira est un entrepreneur et investisseur à succès d'origine Portugaise vivant en France. Il a bâti son empire immobilier et entrepreneurial en partant de zéro. Il vous partage tout ce qu'il a appris au fil des années sur ce blog en ayant à cœur de vous aider à devenir, vous aussi, libre financièrement.

Laissez un commentaire

En cours...