2017, année exceptionnelle des ventes dans l’immobilier

Le bilan de l’année 2017 est plus que positif pour l’immobilier français. Les agences immobilières ont enregistré des ventes exceptionnelles, des records en termes de montant investit et de superficie achetée. Un dynamique qui pourrait effectivement se poursuivre en 2018 et qui peut s’expliquer de plusieurs manières.

La hausse des ventes

Malgré une hausse régulière des prix de la pierre, les investisseurs n’ont pas hésité à acquérir un logement sur le territoire français durant l’année 2017. La hausse des ventes et des prix s’est confirmé au premier trimestre.

Les chiffres sont éloquents avec un volume de 958 000 transactions enregistrées par les notaires. Ce volume est constamment en progression depuis 3 ans mais 2017 a été incontestablement une année historique avec une augmentation de 6.5% par rapport à 2016. D’après l’INSEE, 58% des français sont aujourd’hui propriétaires de leur logement.

Il faut dire que le contexte a été particulièrement favorable puisque les taux de crédit sont restés très bas malgré une légère fluctuation. Ils sont passés de 1.6% en décembre 2016 à 1.85% en avril 2017. Selon l’observatoire Crédit Logement, les ménages empruntaient alors en moyenne à 1.55% en 2017. Ces conditions de financement ont incité les acheteurs à investir massivement jusqu’à l’été 2017. La conjoncture économico-socio-politique a permis effectivement au marché d’avoir un tel niveau d’activité.

En effet, l’immobilier est considéré comme un placement sûr et la propriété devient une tendance irrésistible, plébiscitée et relayée par les différents médias. Même si un ralentissement a été constaté durant la seconde moitié de l’année, les acheteurs sont restés très actifs. Ce recul s’explique notamment par une crainte de la hausse prochaine des taux. Jusqu’au 31 décembre 2017, la remontée des taux est restée raisonnable.

La hausse des prix

La tendance générale touche toutes les régions françaises mais il faut également préciser que certaines villes sont sorties du lot en 2017. C’est le cas notamment de Bordeaux qui a connu une hausse des prix relativement importante de 16.5 % en 1 an. Le prix moyen du m² d’un appartement bordelais s’est affiché à 3700 euros à la fin de l’année, dépassant ainsi des villes comme Lyon. Dans le top 10 des villes les plus dynamiques, on retrouve également Rennes, Nantes, Lyon, Toulouse et bien sûr Paris. Malheureusement, ces hausses des prix pénalisent les jeunes foyers primo-accédants et les ménages moyens.

Le marché de l’ancien est tout particulièrement prisé par les résidents comme les non-résidents en 2017 avec des records de vente et de hausse des prix. D’un autre côté, le marché du neuf se stabilise et se sécurise. L’offre est donc bien présente mais le besoin de logement se fait encore pourtant sentir dans les couches sociales les plus vulnérables (les étudiants, les seniors…). La demande est également biaisée par le fait que le grand public a souvent du mal à suivre les évolutions des dispositifs d’aides qui leur sont destinés.

VOUS AIMEZ CET ARTICLE ?

Partager sur facebook
PARTAGER SUR FACEBOOK
Partager sur twitter
PARTAGER SUR TWITTER
Partager sur linkedin
PARTAGER SUR LINKEDIN
Partager sur pinterest
PARTAGER SUR PINTEREST
Alex Ferreira

Alex Ferreira

Alex Ferreira est un entrepreneur et investisseur à succès d'origine Portugaise vivant en France. Il a bâti son empire immobilier et entrepreneurial en partant de zéro. Il vous partage tout ce qu'il a appris au fil des années sur ce blog en ayant à cœur de vous aider à devenir, vous aussi, libre financièrement.

Laissez un commentaire

En cours...