2018, les taux d’intérêts ne devraient pas trop augmenter

2018, les taux d’intérêts ne devraient pas trop augmenter

L’année 2017 s’étant conclue sur des records exceptionnels en termes de transactions, les observateurs et autres acteurs du secteur immobilier espèrent un excellent cru 2018. Toutefois, plusieurs paramètres dont les taux d’intérêts immobiliers ou les prix qui influencent directement les ventes, sont toujours marqués par l’incertitude. Découvrez les tendances et les prévisions du marché immobilier pour 2018 à travers cet article.

Des taux stables.

Les observateurs comme les acteurs du secteur immobilier sont sures d’une chose : les taux d’emprunt seront encore très attractifs notamment pour le 1er trimestre 2018. Même si des hausses sont à craindre, elles seront légères et sans conséquence vraiment notable sur la décision des investisseurs et le volume de transaction.

Autant dire que cette année encore, de belles opportunités restent à saisir. Le taux moyen de 1.75% sur un prêt de 20 ans est encore très attractif. La hausse des taux d’intérêt est prévisible notamment pour les derniers trimestres 2018. Il est préférable donc de privilégier la rentabilité de l’immobilier au moment de l’achat. La révision de la loi PINEL et du PTZ vont sans doute avoir des effets négatifs sur le marché.

Des incertitudes sur les prix.

Certains prédisent le krack immobilier pour 2018, d’autres pensent que le dynamisme observé en 2017 se poursuivra avec une stagnation des prix. Pourtant, le même schéma qu’en 2017 semble se produire avec des prix en constante progression dans les villes et les régions attractives. La demande reste importante puisque les agences ont à faire avec des ménages et des investisseurs pressés de peur que les taux ne s’envolent à nouveau.

La hausse des prix reste encore à confirmer même si dores et déjà, on se prépare à payer jusqu’à 15% plus chère qu’en 2017 selon le type de logement et la localisation. D’autant plus que l’inflation est particulièrement basse qu’elle sera à peine répercutée sur les prix. Elle devrait en effet, rester sous la barre des 2%.

Un pouvoir d’achat affaibli

S’il y a un facteur qui va le plus peser sur le nombre de transactions immobilières, c’est bien le pouvoir d’achat. Celui des ménages sera essentiellement amoindri en 2018 notamment à cause des nombreuses mesures fiscales proposées ou votées et qui entreront en vigueur au courant de l’année. En effet, la croissance sera maintenue selon les statistiques prévisionnelles de l’INSEE mais avec plus d’impôts.

Le fisc prévoit de faire rentrer près de 4.5 milliards d’impôts en plus dans leur caisse en 2018. Les ménages seront directement concernés. Cette directive aura sans aucun doute des conséquences sur la consommation en générale mais on ignore encore exactement dans quelle mesure, elle impactera l’achat immobilier. Il faut dire que cette tendance a déjà été observée en 2017 mais que malgré le contexte politique (présidentiel), les ventes enregistrées ont été de 952 000 : un record.

Bien que de nombreuses questions restent encore sans réponse en ce qui concerne l’immobilier 2018, le marché semble déjà donner des tendances positives voire largement profitables pour les investisseurs particuliers comme professionnels.

Laisser un commentaire

17 − deux =

Fermer le menu